Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO - La Fondation pour l'Enfance lance une campagne de sensibilisation contre la "petite claque"

-
Par France Bleu

La Fondation pour l'Enfance lance sa nouvelle campagne de sensibilisation. Du 22 juin au 7 juillet, le clip "il n'y a pas de petite claque" sera diffusé sur plusieurs chaînes de télévision française et sur le web.

Capture d'écran "Il n'y a pas de petite claque"
Capture d'écran "Il n'y a pas de petite claque"

La Fondation pour l'Enfance lance, ce mardi 18 juin, sa nouvelle campagne de sensibilisation contre les violences éducatives. A compter du 22 juin, un clip de trente secondes sera diffusé sur plusieurs grandes chaînes de télévision françaises. Baptisé "il n'y a pas de petite claque" , le clip est déjà disponible en ligne :

"Il n'y a pas de petite claque, ni de petit coup, toute violence envers nos enfants peut avoir des conséquences sur leur santé physique et psychologique." Coordinateur de la campagne, le Dr Gilles Lazimi a pour objectif d'alerter sur les conséquences des "violences banalisées" : un certain nombre d'enfants aura "des séquelles en termes de santé, d'apprentissage et de développement".

Les violences éducatives et punitions corporelles (gifles, fessées, claques, tapes) sont interdite par la loi dans trente-deux pays, mais la France n'en fait pas partie. Le communiqué rappelle que les petites claques, une pratique héritée de l'éducation que les parents ont eux-mêmes reçue, "peuvent conduire à des impasses éducatives graves et parfois à des situations de maltraitance" . Dans plus de 50 % des cas, les parents commencent à frapper leur enfant avant l'âge de deux ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu