Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEOS - Syrie : "la France est prête à punir" selon Hollande

mardi 27 août 2013 à 11:53 - Mis à jour le mardi 27 août 2013 à 18:06 Par Thibaut Lehut, France Bleu

"Le massacre chimique de Damas ne peut rester sans réponse", selon François Hollande, qui a réagi mardi alors qu'une offensive étrangère contre Damas se dessine.

François Hollande s'exprimait devant les ambassadeurs français
François Hollande s'exprimait devant les ambassadeurs français © Maxppp

Accusé d'être à l'origine d'une attaque chimique perpétrée près de Damas la semaine dernière, le régime syrien semble ne plus pouvoir échapper à une réaction de force de la communauté internationale.

C'est dans ce cadre que François Hollande s'est exprimé à l'Elysée mardi devant des ambassadeurs. Selon lui, "la France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents" et elle "accroîtra son soutien à l'opposition syrienne". Le président de la République a invoqué la "responsabilité de protéger les civils" telle que définie par l'ONU.

Le Parlement britannique convoqué jeudi --------------------------------------- Les autres puissances occidentales comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni semblent considérer que le président Bachar al-Assad a définitivement franchi la ligne rouge, et ont désormais adopté des éléments de langage qui laissent penser qu'une opération militaire se prépare."Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie, c'est indéniable", a déclaré le secrétaire d'Etat John Kerry lundi. Sans désigner de coupable, John Kerry a assuré que "le président Obama pense que ceux qui ont recours aux armes les plus atroces contre les populations les plus vulnérables de la planète doivent rendre des comptes". Aucune allusion directe, cependant, à d'éventuelles frappes à venir. Pour cela il faut regarder du côté britannique. Un porte-parole du Premier ministre David Cameron a en effet révélé mardi que le Royaume-Uni préparait des plans pour une possible action militaire. Le Parlement sera convoqué jeudi pour voter sur la question.
Blocage persistant à l'ONU -------------------------- Si le principe d'une action était acté, il reste à lui trouver un cadre légal. Les Etats-Unis mènent des tractations à tout-va mais ils ont peu d'espoir d'obtenir un feu vert du Conseil de sécurité de l'ONU en raison de l'opposition farouche de la Russie.Une attaque ne durerait probablement pas plus de deux jours et permettrait aux Etats-Unis d'éviter une implication plus grande dans la guerre civile qui déchire la Syrie depuis mars 2011, avançait lundi le Washington Post, citant des responsables non identifiés de l'administration américaine. Le New York Times estimait lui aussi que Barack Obama, qui réfléchit encore à l'option militaire, donnerait probablement l'ordre d'une opération limitée, tels que des tirs de missiles de croisière depuis des bâtiments américains en Méditerranée, sans chercher à renverser le président Bachar al-Assad.***> Cliquez sur l'image pour l'agrandir* **
Syrie : l'état des lieux - Maxppp
Syrie : l'état des lieux © Maxppp