Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Ici c'est l'Yonne

Seignelay et la famille Colbert

-
Par , France Bleu Auxerre

Seignelay est une commune de l’Yonne qui se trouve à une dizaine de kilomètres d’Auxerre. Elle doit sa prospérité à Jean Baptiste Colbert, le ministre de Louis XIV, qui acheta la baronnie de Seignelay en 1657.

La halle de Seignelay
La halle de Seignelay © Radio France - Karine Decalf

Les enfants de Seignelay

André Paulvé est un producteur de cinéma français, né le 30 octobre 1898 à Seignelay et mort le 8 juillet 1982 à Paris.

André Paulvé
André Paulvé -

Il fut le producteur de nombreux grands films français comme « La Belle et la Bête » de Jean Cocteau, « Jour de fête » de Jacques Tati, « Casque d’Or » de Jacques Becker, ou encore « Les visiteurs du soir » de Marcel Carné.

Béatrice Kerfa nous raconte André Paulvé

Alphonse Darlot, né en 1828 à Seignelay. 

Alphonse Darlot
Alphonse Darlot -

Opticien, il améliora le daguerréotype, ancêtre de la photographie, par la mise au point avec le Viennois Josef Max Petzval d'un objectif à quatre lentilles, seize fois plus lumineux que celui utilisé par Daguerre.

Alfred Chanvin né en 1856, se définissait comme menuisier en Art forain.

Alfred Chanvin
Alfred Chanvin -

Cet homme de la campagne fut d’abord charron-forgeron puis tourneur sur bois mais le monde merveilleux de la fête foraine le fascinait et l’attirait. Il deviendra sculpteur d’art forain au début des années 1900. 

Les petits cochons d'Alfred Chanvin
Les petits cochons d'Alfred Chanvin -

Béatrice Kerfa nous raconte Alfred Chanvin

Dans son atelier de Seignelay, une multitude d’animaux voit le jour : ânes, chevaux, cochons, vaches… ils partiront animer les manèges. Son atelier a été transféré au Musée de Laduz, où on peut le voir aujourd'hui.

Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) fut le  contrôleur général des finances de Louis XIV de 1665 à sa mort. 

Jean Baptiste Colbert
Jean Baptiste Colbert -

Il a acheté Seignelay en 1657 et a largement contribué à son développement.

L'église Saint Martial

L'église Saint Martial de Seignelay est une église de style gothique flamboyant qui date de la Renaissance. 

L' église Saint Martial de Seignelay
L' église Saint Martial de Seignelay © Radio France - Karine Decalf

Très massive c’est une église à nef unique qui se trouve sur le chemin de Compostelle. Elle est célèbre pour ses vitraux et son orgue qui date de 1987.

Le vitrail de l'Arbre de Jessé, église Saint Martial de Seignelay
Le vitrail de l'Arbre de Jessé, église Saint Martial de Seignelay © Radio France - Karine Decalf

Béatrice Kerfa nous raconte l'église Saint Martial de Seignelay

La ferme de la Flatterie

A la ferme de la Flatterie, rue des chapelains à Seignelay, Jean Claude Martin propose de la viande bovine en vente directe mais aussi des plats préparés et des terrines. 

Produits de la Ferme de la Flatterie
Produits de la Ferme de la Flatterie © Radio France - Karine Decalf

Ses vaches sont des charolaises nourries exclusivement avec de l’herbe l’été et du foin et des céréales produites à la ferme l’hiver.

la ferme de la Flatterie, Seignelay
la ferme de la Flatterie, Seignelay © Radio France - Karine Decalf

Rencontre avec Jean Claude Martin

Vous pouvez trouver ses produits, sur internet, sur les marchés de Saint Florentin,  de Seignelay,  d’Avallon et de Chablis.

Mais aussi à l’Office de Tourisme de Serein et Armance à Saint Florentin, et à « La ruche qui dit oui » à Sens et à Villevallier

La savonnerie de Claire

Diplômée en fabrication et réglementation cosmétique, Claire Trigo créé pour vous des savons et des lessives. Des recettes bonnes et saines pour notre peau qui permettent de l'hydrater et de la nourrir tout en douceur.

Les produits de "La savonnerie de Claire"
Les produits de "La savonnerie de Claire" © Radio France - Karine Decalf
Claire Trigo
Claire Trigo © Radio France - Karine Decalf

Rencontre avec Claire Trigo

Les produits de "La savonnerie de Claire" sont à découvrir sur les marchés d’Ormoy, Esnon, d’Arces et de Seignelay.

Le fournil de Seignelay

Ancien apprenti de Laurent Bisson, le boulanger pâtissier de Chevannes, Nicolas Boivin s’est installé à Seignelay où il propose des produits 100% maison. Une large gamme de pains, de savoureuses viennoiseries et des pâtisserie gourmandes.

Le fournil de Seignelay
Le fournil de Seignelay © Radio France - Karine Decalf

Au fournil de Seignelay, la farine est issue d'une culture raisonnée contrôlée.

Nicolas Boivin
Nicolas Boivin © Radio France - Karine Decalf

Rencontre avec Nicolas Boivin

le château de Seignelay

Au XIIIe siècle on a la construction d'un château rectangulaire avec une tour à chaque angles.

Charles de Savoisy a fait bâtir sur ce même emplacement un nouveau château, formé d'une enceinte jalonnée de treize tours délimitée par une muraille elle-même renforcée de tours. 

Le château de Seignelay
Le château de Seignelay -

Béatrice Kerfa nous raconte le château de Seignelay

L' ancienne allée d'accès au château de Seignelay
L' ancienne allée d'accès au château de Seignelay © Radio France - Karine Decalf

Colbert acquiert la seigneurie et son château en 1657 dans un état très délabré. Il s'engage alors dans d'importants travaux qui vont faire disparaître petit à petit les remparts. Il fait élever une chapelle, un parc, des halles couvertes, Il fait tracer la perspective de la route de Brienon, et ouvrir une manufacture de draps et une autre de soie au village.

Au début du XVIIIe siècle Seignelay passe dans la famille de Montmorency-Luxembourg, et de 1780 à 1784, ils entreprennent des travaux qui font disparaître une grande partie des constructions antérieures. 

A la Révolution le domaine est saisi et vendu en l'an IV. 

Il sera démoli deux ans plus tard et ses matériaux serviront à construire le château de Guillebaudon et les casernes de Joigny. De l'ancien château, il reste aujourd'hui  un pavillon d'entrée érigé à la fin du XVIIIe siècle avec une tour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess