Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les patients guéris sont-ils immunisés ?

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris
France

Les personnes guéries du nouveau coronavirus sont-elles immunisées ? A priori, oui, mais seulement à court terme. Les chercheurs ne pouvant, pour l'instant, pas affirmer que cette immunité est définitive.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - Tatif/Wostok Press/MAXPPP

Selon les derniers chiffres publiés par Santé Publique France, le 31 mars 2020, le pays compte exactement 52 128 cas confirmés de Covid-19. En ce qui concerne les patients guéris, faut-il les considérer comme immunisés ? France Bleu Paris a posé la question au Professeur Pierre Tattevin, président de la société des pathologies infectieuses et la réponse est oui, a priori, au moins à court terme. On vous explique pourquoi. 

Une immunité à court terme

A priori, oui, les patients guéris seraient immunisés au moins à court terme. C'est du moins ce qu'affirment plusieurs chercheurs chinois. Ces derniers ont réalisé des tests sur des animaux et il s'est avéré que les animaux n'ont pas redéveloppé le virus après avoir été contaminés une première fois au nouveau coronavirus, comme l'indique Le Parisien. Ce résultat bien qu’encourageant est pour autant limité. Il ne permet pas, à ce stade, de savoir si cette immunité est définitive, ni combien de temps elle peut durer. 

En réalité, personne ne sait, pour l'instant, si l'on peut être de nouveau contaminé après plusieurs mois ou plusieurs années et cela pour une raison simple, nous n'avons pas encore le recul suffisant concernant ce virus et sa capacité à muter. Autrement dit, si le virus mute, alors les personnes immunisées vis-à-vis de la première souche, la première version du virus, pourraient très bien contracter le virus une seconde fois sous sa nouvelle forme, sa forme mutée. 

Des connaissances encourageantes à long terme

Cependant, les trois mois de recul que nous avons actuellement sont eux aussi encourageants par leur enseignement, "puisqu’il semble que le Covid-19 mute très peu, contrairement aux virus de la grippe", précise le professeur Pierre Tattevin. Si cela vient à se confirmer, cela devrait permettre d’élaborer un vaccin stable dans le temps contrairement à la grippe, pour laquelle la vaccination doit sans cesse s’adapter. 

La question de l’immunité des patients guéris est cruciale car si tous les patients guéris sont immunisés, alors, cela veut dire qu'ils pourront reprendre le travail et sortir du confinement sans craindre de retomber malade et sans craindre de contaminer les autres. Cela veut dire aussi, qu'il sera nécessaire de réaliser des prélèvements sanguins à grande échelle, pour déterminer qui a - ou n’a pas -développé les anticorps permettant de contrer le nouveau coronavirus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu