Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Nadiège Baille, directrice du CHU de Dijon : "on fait face parfaitement"

-
Par , , France Bleu Bourgogne

L'Agence régionale de santé annonce cinq nouveaux cas de patients positifs au coronavirus. Tous en lien avec un Beaunois hospitalisé dès la semaine dernière. Notre invitée la directrice du CHU de Dijon Bourgogne Nadiège Baille répond à vos questions.

La directrice du CHU de Dijon Bourgogne Nadiège Baille est notre invitée
La directrice du CHU de Dijon Bourgogne Nadiège Baille est notre invitée © Radio France - Arnaud Racapé

On est encore dans une épidémie "contrôlée" en Côte-d'Or, que cela veut-il dire ?

"On est encore dans une situation où on peut relier les patients entre eux. Les cas diagnostiqués ce weekend ont été en relation avec un des patients pris en charge la semaine dernière, Donc pour l'instant on est uniquement dans des situations de 'cas-contacts'."

Le CHU Dijon-Bourgogne est-il assez équipé pour faire face à l'épidémie ?

"On a sept chambres à pression négative, mais aussi un service de maladies infectieuses qui comporte vingt chambres individuelles, et on a quinze lits de réanimation qui ont été basculés en pression négative. Il s'agit d'un traitement de l'air un peu spécifique, qui n'est pas exigé mais un élément de précaution supplémentaire. Et si d'aventure on devait mobiliser des lits supplémentaires,on serait en capacité de le faire."

D'autres établissements en Côte-d'Or sont-ils mobilisables également ?

"Pour l'instant l'ensemble des patients sont pris en charge au CHU, mais on a d'autres établissements en effet, dix au total, qui pourraient accueillir des patients.Ce à quoi nous réfléchissions également, c'est de ne pas hospitaliser systématiquement tous les patients diagnostiqués positifs. Pour l'instant les personnes qui ont été en contact avec un patient positif, sont appelées par l'ARS, dès lors qu'elles présentent un syndrome grippal, elles sont amenées à appeler le 15 et orientées vers le centre dépistage mis en place dès vendredi matin : les personnes viennent en voiture, se garent juste devant le centre ambulatoire, à côté des urgences, et ensuite elles reportent à domicile. 24h plus tard, elles sont rappelées par le CHU une fois le diagnostic posé. Si c'est positif, elles sont hospitalisées."

Faut-il porter un masque ? 

"Ce n'est absolument pas utile, cela doit être réservé en priorité aux personnels de santé, et à ceux qui sont en contact avec les personnes positives. J'ajoute que c'est particulièrement désagréable de rester de manière prolongée avec un masque. "

Est-il possible que d'autres opérations médicales au sein de l'hôpital soient reportées à cause du coronavirus ?

"Pas du tout, on est si j'ose dire dans un fonctionnement normal, si ce n'est bien évidemment les mesures spécifiques mises en oeuvre pour le diagnostic des cas de coronavirus, et pour la prise en charge spécifique des patients positifs. Le reste de l’hôpital fonctionne normalement, il n'y a pas de report d'activité,  les consultations sont maintenues."

"N'allez pas dans un Ehpad voir votre proche âgé, ou voir le bébé qui vient de naître à la maternité."

Pour les familles qui doivent visiter un proche, pas de restrictions non plus ?

"Non plus. Le point qui est important, c'est en revanche quelqu'un qui aurait été en contact avec une personne diagnostiquée positive, il y a des mesures de quatorzaine. Pour ces personnes-là, nous demandons, c'est d’utilité publique, qu'ils ne soient pas en contact avec des personnes fragiles, malades. N'allez pas dans un Ehpad voir votre proche âgé, n'allez pas voir le bébé qui vient de naître à la maternité, n'allez pas voir votre proche pris en charge pour un cancer.  Mais uniquement pour les personnes qui sont cas-contact de personnes positives."

Copmment se fait la transmission du virus ?

"Ce que rappelle régulièrement le directeur de la santé, c'est que la transmission se fait par gouttelettes et par contact. Des postillons, quand on éternue, quand on tousse, quand on se serre la main. La consigne c''est ne vous serrez pas la main non plus, on se lave les mains de façons répétés, si a une solution hydroalcoolique on l'utilise, mais sinon savon et eau. On change de mouchoir quand on vient de se mouche, on éternue dans son coude, donc des mesures simples, élémentaires, mais qui ne sont pas encore rentrées dans les mœurs, d'où la nécessité de les rappeler."

Y a-t-il des comportements à éviter ?

"On voit encore des personnes qui viennent spontanément aux urgences ou dans les services de l'hôpital en demandant un diagnostic, ce n'est pas la bonne pratique. On vous demande et on vous remercie, si vous avez un doute, un problème de santé qui pose question, alors appelez le 15, mais ne venez pas spontanément à l'hôpital. De toutes façons, si vous venez, vous demandera d'appeler le 15 pour vous régulariser. "

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu