Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quand la peur du Covid isole : "Je ne sors plus du tout"

-
Par , , France Bleu

On peut être casanier pour différentes raisons. Auditeur de France Bleu, Mathieu ne sort plus de chez lui car il a une peur bleue du Covid-19. Une spécialiste réagit à ce témoignage en nous expliquant comment vaincre nos peurs sur le long terme et sortir du dangereux "syndrome de la cabane".

Le "syndrome de la cabane" est partagé par un grand nombre de personnes qui souhaitent davantage rester coupés du monde extérieur que de s'y aventurer. Dans C'est déjà demain, Églantine Éméyé reçoit la docteure en psychopathologie et psychothérapeute Hélène Romano. Ensemble, elles réagissent au témoignage de Mathieu, un auditeur de France Bleu atteint de ce syndrome, car il a peur du Covid-19.  

Les casaniers ont toujours existé, avec différentes motivations. Aujourd'hui encore, on identifie plusieurs causes au "syndrome de la cabane" qui peut se développer pour différentes raisons. 

Peur de la société, peur de l'évolution de l'environnement global ou encore peur des autres sont autant de raisons qui peuvent nous pousser à nous enfermer entre quatre murs.
Certains restent aussi chez eux par plaisir. Hélène Romano les différencie avec le "syndrome du cocooning". 

Pour les adeptes du "cocooning", il n'y a pas de problème : "Je suis heureux, je suis bien." Ces personnes "n'aiment pas trop sortir, mais les copains peuvent venir à la maison"

Les confinements, couvre-feu et le télétravail ont pu accentuer ces phénomènes, car ils ont "justifié le fait de rester à la maison". 

La peur de sortir, une véritable souffrance 

Pour la docteure, "le syndrome de la cabane, c'est une vraie souffrance". Elle nous dévoile que les personnes rencontrent des problèmes du quotidien tels que "des troubles du sommeil", "des troubles alimentaires", "des attaques de panique" ou encore "des troubles obsessionnels". Ne pas sortir de chez soi par peur peut ainsi avoir de graves conséquences sur la santé et la qualité de vie

Pour Mathieu, un homme de 29 ans en télétravail depuis bientôt 2 ans, les sorties vers le monde extérieur n'existent plus : "Je ne sors plus du tout pour être honnête."
Les seuls moments où l'auditeur quitte son appartement, c'est quand il en est obligé, "pour faire les courses" notamment. 

La principale raison de cette phobie du monde extérieur ? Le virus du Covid-19, selon l'auditeur. 

J'ai peur d'être contaminé par le virus, de contaminer mes proches, de rapporter le virus à la maison, de toucher des produits qui sont contaminés.

Pour lui qui n'est pas encore vacciné, pas question de prendre des risques inutiles. Il est pourtant sur la liste d'attente d'un centre de vaccination et doit être rappelé.
En attendant, impensable de se déconfiner et d'aller "boire dans des verres" ou "manger des cacahuètes sur la table" en terrasse. 

J'attends toujours le vaccin. C'est ce qui fait encore plus peur : on peut toujours être contaminé.

Comprendre les peurs pour les vaincre sur le long terme

Pour Hélène Romano, le cas de Mathieu n'est pas rare. Cette peur "se comprend par rapport à tous les messages qu'on a pu entendre certaines fois". Il y aussi la possibilité que l'on "ait été endeuillé" : "Il y a tout un contexte qui permet de comprendre cette peur-là."

Quand ils sont vaccinés, ils se sentent protégés.      
Ça fait baisser la tension, mais ça ne l'annule pas.      
Il y a toujours un fond d'angoisse qui reste.

Selon la spécialiste, le vaccin ne résoudra pas forcément la peur de sortir de ceux qui angoissent à l'idée d'être en contact avec le virus. Pour s'en sortir, on peut tenter de décrypter les peurs : "Depuis quand j'ai peur ? Quelle forme ça prend ?"

"Souvent, la peur du virus fait référence à d'autres peurs", nous explique l'invitée. Il ne s'agirait que du "haut de l'iceberg" pouvant cacher souvent "des angoisses de mort, des angoisses de maladie ou d'autres types d'angoisses beaucoup plus ancrées".  

Pour tout savoir sur le "syndrome de la cabane", réécoutez l'émission Le syndrome de la cabane : "laissez-moi confiné !" dès à présent. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess