Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alimentation : comment faire le tri entre bons et mauvais produits ?

-
Par , , France Bleu

Une révolution vient d'avoir lieu dans nos assiettes, elle a des conséquences sur notre santé. Voici quelques astuces simples pour reconnaître les bons aliments.

Il est temps d'apprendre à reconnaître les bons et les mauvais produits alimentaires
Il est temps d'apprendre à reconnaître les bons et les mauvais produits alimentaires © Getty - Oscar Wong

Dans Minute Papillon !, Sidonie Bonnec s’intéresse une nouvelle fois au contenu de nos assiettes. En compagnie du docteur Cyril Laporte, elle nous aide à faire le tri nous-même dans les bons et les mauvais aliments, en particulier ceux apparus depuis une nouvelle révolution alimentaire.

Une révolution récente dans nos assiettes

L'alimentation humaine a connu deux grosses révolutions. La première date du néolithique, c'est évidemment l'apparition du feu et, avec lui, celle des aliments cuits. La seconde est beaucoup plus récente, elle est apparue progressivement depuis une centaine d'années.

Pur produit de l'industrialisation de la société, cette "deuxième révolution alimentaire" comme l'appelle le médecin cancérologue Cyril Laporte a transformé notre alimentation et notre santé. Elle est aussi à l'origine de l'apparition de nouvelles maladies chroniques comme les cancers. 

Une alimentation trop compliquée

À la source de ces maladies nouvelles, on trouve les fameux aliments ultra-transformés. Le docteur Cyril Laporte rappelle le procédé de création de ces produits de la façon suivante : "On prend des aliments bruts qu'on va casser en divers composants, puis on va assembler ces composants avec d'autres composants venus d'autres aliments pour fabriquer des aliments". Casser, assembler, fabriquer, on est très loin du vocabulaire chantant de la cuisine. 

Cyril Laporte conseille donc de nous méfier des ingrédients cosmétiques qu'on peut trouver dans nos aliments, ces composants qui servent simplement à modifier la texture ou la couleur. Pour les reconnaître, il suffit de lire l'étiquette du produit qu'on achète. Plus la liste d'ingrédients est longue, plus c'est mauvais signe. 

Gare aux steaks de soja

On entend souvent qu'il faudrait manger moins de viande, éviter les aliments trop gras, trop salés ou trop sucrés.

Quand on cherche à réduire sa consommation de viande sans changer ses habitudes alimentaires, on peut être tenté de se tourner vers des saucisses végétales ou autres steaks de soja. Là encore, ce n'est pas forcément une bonne idée. 

"Faire une saucisse végétale nécessite de mettre une grande quantité d'ingrédients cosmétiques" rappelle le docteur Cyril Laporte qui conclut avec un chiffre glaçant : 

À chaque fois qu'on rajoute 10% d'aliments ultra-transformés dans son alimentation quotidienne, on augmente de 11% le risque de cancer

Et si ce soir, on se tournait vers un bon petit plat fait maison ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess