Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : la Banque Alimentaire des P.O étend son champ d'action, elle donne à l'hôpital aussi

-
Par , France Bleu Roussillon

La Banque Alimentaire des Pyrénées-Orientales collecte chaque matin des denrées alimentaires auprès des grandes et moyennes surfaces de notre département et également de la part de producteurs de fruits, légumes, pain, viennoiseries et produits frais invendus.

Denis Bastouill
Denis Bastouill © Radio France - Sébastien Giraud

Elle stocke et distribue à 57 associations partenaires dont des Centres Communaux d'Action Sociale mais aussi la Croix Rouge.

Chaque année 4 millions de repas sont distribués grâce à la Banque Alimentaire dans les Pyrénées-Orientales, un entrepôt de 1 650 m² qui apporte en permanence une attention particulière à l’hygiène, à la « sécurité alimentaire » et à la « traçabilité des produits ».

Avec la crise du coronavirus, la Banque Alimentaire des Pyrénées-Orientales doit s'adapter : bénévoles, gestes barrière, approvisionnement et distribution. On fait le point avec Denis Bastouill, son président dans les P.O.

Continuer malgré des conditions très particulières

« C'est compliqué, mais on est là pour assurer le service d'aide au plus démunis. Nos bénévoles habituels, leur nombres a beaucoup diminué, certains ont préféré rester chez eux et je respecte ce choix, mais suite à l'appel qui a été fait dans la presse il y a 8 jours, de nombreux volontaires ce sont portés candidat et donc tous les jours on a un nombre suffisant pour assurer le service.  

On est toujours à la recherche de bénévoles en particulier des chauffeurs de camions et caristes.  

Les personnes de plus de 70 ans (actuellement) on préfère qu'elles restent chez elles, ce qui est le cas de nos bénévoles ici à la Banque Alimentaire. »

Moins de collectes de nourriture et moins de possibilités de distribution

« Au niveau des quantités que l'on récupère, elles ont fortement baissé, c'est à peu près la moitié de ce qu'on récupérait tous les jours. A Saint Charles on n'y va plus, parce que l'activité a énormément baissé sur le marché Saint Charles et donc les entreprises ont peu de marchandise à nous donner. Dans les magasins c'est moitié parce que après le grand rush, la fréquentation a beaucoup baissé et donc ils ont moins de marchandise à nous donner.

Mais d'un autre notre côté, sur nos 57 associations que nous servons habituellement, 22 ont fermé, dont les 3 plus importantes, ce qui fait que notre problématique, aussi bizarre que ça puisse paraître, c'est le manque de débouchés. »

Donner à l'hôpital de Perpignan et appel aux EHPAD

« On a entre guillemets, trop de marchandise donc j'ai pris l'initiative de contacter l'hôpital que l'on fournit en fruits (des oranges) ensuite j'ai contacté les Restos du Coeur, j'ai contacté le Secours Populaire, j'ai envoyé un message dans la presse pour faire appel aux EHPAD s'ils ont besoin de marchandise on peut les fournir. Et toute association qui pourrait avoir des besoins en aide alimentaire, on est en mesure de les fournir.

On va fournir également la Banque Alimentaire de l'Hérault, de Toulouse, dès qu'ils en manifesteront le besoin, Banque Alimentaire de Tarbes, de Carcassonne, pour leur faire profiter des quantités excédentaires que nous avons. »

Et si des initiatives locales citoyennes dans des villages souhaitent organiser une distribution alimentaire d'urgence, la Banque Alimentaire des Pyrénées-Orientales peut apporter son appui.

Un engagement personnel et une organisation adaptée

« Mes enfants me grondent tous les soirs et me disent que j'ai presque 70 ans donc que je ferais mieux de rester à la maison mais je ne peux pas, je ne peux pas faire ça quoi, j'ai un engagement et je le tiendrai tant que je pourrais.

Aujourd'hui je suis sur le pont, on est en mode dégradé, on assure. Alors après on manque de masques, on manque de moyens de protection individuelle, donc tous les matins depuis 15 jours je fais le point devant tous les bénévoles, le point de la situation déjà par rapport à nos fournisseurs, par rapport à nos associations. Et deuxièmement tous les matins, rappel des consignes. On a mis en place un fonctionnement interne adapté à cette situation, par rapport au respect des consignes ce qui est primordial et donc tous les matins je fais ma petite leçon, voilà. 

On a une mission mais on a quand même la mission de rester en bonne santé. »

Tenir le plus possible

« Depuis le début je dis on gère au jour le jour, en fonction de la situation, du nombre de bénévoles, il est certain que si on se retrouve à 3 ou 4, le mode dégradé sera encore plus présent. Mais pour l'instant notre volonté c'est d'être ouvert et de rendre service quoi. Demain, on verra, si il nous tombe une grosse catastrophe dessus peut-être qu'on avisera les choses autrement. Actuellement on a les moyens de continuer et on continue. »

La Banque Alimentaire des Pyrénées-Orientales est située 23 rue Eugène Flachat à Perpignan Espace Polygone. Téléphone : 04 68 52 40 05.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu