Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : l'entreprise bretonne Anozrway, cauchemar des cybercriminels

Les bretons Philippe Luc et Alban Ondrejeck ont créé Anozrway pour aider les entreprises à prévenir les risques de cyberattaques. Basée à Cesson-Sévigné, cette nouvelle société vient de réussir une levée de fond de 2 millions d'euros, et s'apprête à s'agrandir.

Philippe Luc et Alban Ondrejeck ont créé Anozrway en 2019.
Philippe Luc et Alban Ondrejeck ont créé Anozrway en 2019. © Radio France - Paola Guzzo

Philippe Luc travaillait dans le domaine de l’intelligence artificielle, Alban Ondrejeck, était lui, dans le renseignement militaire et la cybersécurité. Les deux hommes se sont rencontrés en 2017, lors d’une course navale, au large de la Bretagne. Deux ans plus tard, alors que les cyberattaques se multiplient, entraînant avec elles l’apparition de nouveaux risques en cyber-sécurité, les deux bretons décident de mettre leurs compétences en commun. Le projet voit le jour au bout de six mois seulement à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine)

« Anozrway est une solution logicielle qui permet d’anticiper, de protéger une entreprise, les dirigeants et leurs collaborateurs contre toutes les attaques par ruse qui proviennent du cyber, explique Alban Ondrejeck, l'un des fondateurs de la société. Une attaque "par ruse", c’est tout ce qui va "exploiter une vulnérabilité humaine", ce sont des hackers qui utilisent les informations personnelles des individus, pour remonter à l'entreprise et passer à l'offensive : vol de données, arrêt de la production ou encore rançon

Alban Ondrejeck illustre la "vulnérabilité humaine" en ces termes : "Vous partez en vacances et laissez un petit post-it sur la porte disant que la clé est sous le paillasson. C'est l'inverse d’une vulnérabilité technique où ce serait la porte qui ne serait pas assez solide. »

"Cela a attiré l'attention de beaucoup de monde"

Avec le développement des réseaux sociaux et l'utilisation massive d'internet au quotidien, la menace monte. Guillaume Poupard, patron de l'Agence Nationale de la sécurité des systèmes d'information, a annoncé des chiffres inquiétants, en janvier, sur BFMTV : "L'espionnage n'augmente pas, mais pour la criminalité, on peut parler d'explosion. L'agence en a dénombré 200 cyberattaques contre des opérateurs d'importance vitale (OIV) en 2020, soit _quatre fois plus qu'en 2019_. Ces attaques visent des entreprises du public ou du privé".

"Il y a toujours eu des escrocs avant internet. Ce qui a changé, c'est  la multiplication des données qui nous concernent qui sont sur internet, qui sont disponibles à tout un chacun et maintenant aux attaquants, explique Alban Ondrejeck, ancien officier du renseignement militaire français, "ces attaquants ont ainsi un vivier d'informations pour affiner leurs techniques d'escroquerie _et être de plus en plus efficaces contre vou_s". 

Et ces entreprises sont aujourd'hui pleinement conscientes de la gravité du risque. Parmi les clients, de plus en plus nombreux d’Anozrway, se trouvent des Start-up et des grands groupes dans tous les domaines, mais surtout le secteur de l’assurance. Dès leur arrivée sur le marché, les dirigeants bretons d'Anozrway ont été très sollicités. « Dans le monde cyber, il n'y avait pas de solution, avant nous, qui pouvait automatiser la protection contre ces nouveaux risques" explique Philippe Luc. Ensuite "il y a _notre technologie d'intelligence artificielle qui nous a permis d'être lauréats d’un grand concours d’innovation français_, qui apporte une "fraîcheur" et une vraie capacité à adresser le gros volume de données que cette protection nécessite.»

Quelques conseils avisés de cybersécurité

Les deux fondateurs de la société ne sont pas avares de conseils pour se protéger en ligne. Ils estiment d'abord qu'il ne faut pas utiliser deux fois le même mot de passe. Ils recommandent aussi le contrôle des paramètres de nos réseaux sociaux. Pour les dirigeants d’Anotherway qui sont eux aussi sur les réseaux sociaux, il n’est pas question de moins utiliser internet, mais de mieux l’utiliser. Leur prochain objectif, déménager dans de plus grands locaux et embaucher. "On grandit, on est dans une phase d'accélération et on est ravis. Nous allons devoir recruter, aller chercher d'autres compétences", déclare Philippe Luc, avec un sourire. Leur domaine est un milieu qui se développe. "Il y a de plus en plus de formations au niveau de la cybersécurité, il y a un plus grand vivier, et c'est bien parce qu'on manque de ce type de spécialiste" souffle l'ancien officier du renseignement. "On constate pour nos profils les plus techniques qu'il y a beaucoup d'hommes et peu de femmes, donc avec cette multiplication des cursus, on espère qu'il y aura une féminisation de la profession", termine Alban Ondrejeck.

Article rédigé par par Paola Guzzo

Choix de la station

À venir dansDanssecondess