Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Cournon : le salon du tatouage fait à nouveau le plein

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Au moins 13000 visiteurs étaient attendus pour la quatrième édition du salon du tatouage, qui se tenait ce week-end à la Grande Halle d'Auvergne de Cournon.

Tatouage tatoueur
Tatouage tatoueur © Radio France - Pauline Ben Ali

Cournon-d'Auvergne, France

Ne serait-ce que pour se garer, ce fut compliqué. Alors que la pluie a fait son retour après des semaines de chaleur, il semble que beaucoup de Puydômois aient trouvé refuge dans la Grande Halle d'Auvergne. Certains y venaient en amateurs, parfois pour ajouter un tatouage à leur corps ; d'autres sont venus en parfaits novices, parfois avec leurs enfants. Résultat : le salon, qui occupait la moitié de la Halle (en comptant les stands alimentaires et la scène), a vite débordé de monde, entre ceux venus admirer, et ceux venus se faire admirer, tandis qu'un pointeur parcourait leur corps pour une nouvelle fresque.

Travail en cours sur la Halle d'Auvergne - Radio France
Travail en cours sur la Halle d'Auvergne © Radio France - Léo Corcos

Cournon, capitale du tatouage

Cournon-d'Auvergne est devenue, le temps d'un week-end, le point de rendez-vous des tatoués et des tatoueurs. Certains sont même venus de loin : il y avait 160 artistes présents, dont une trentaines originaires de Slovaquie, Suisse, Italie, Roumanie, Finlande, Espagne ou encore de Russie. "C'est une très bonne convention", confie Chris, tatoueur depuis 15 ans, et qui a fait les 4 éditions. "Clermont est une belle ville, la ville du tatouage, c'est un bon point de rendez-vous. Nous on se retrouve avec tous les potes, et les gens eux sont contents de venir se faire tatouer", se réjouit-il.

Les gens viennent parfois de loin pour se faire tatouer. - Radio France
Les gens viennent parfois de loin pour se faire tatouer. © Radio France - Léo Corcos

Il est très difficile de croiser un tatoueur qui ne soit pas occupé avec un client. Chacun semble y trouver son compte, ses thèmes, que ce soit pour son premier tatouage ou pour un énième dessin. Le but, c'est de faire la passerelle entre les envies du clients et la spécialisation du tatoueur. "On peut proposer des projets, on peut s'adapter à la clientèle, ça dépend des personnes. Ca va de la petite flèche au portrait", confirme Chris, qui est qui fait des tatouages en noir et gris, et dont la grande spécialité est la Katrina, la représentation de la mort au Mexique.

Le tattoo comme engagement

Parmi les dizaines de stands de tatouages plus inventifs, divers et variés les uns que les autres, émerge un petit coin tout blanc, celui des Volcaniques d'Auvergne. Cette association, qui a moins d'un an, s'engage pour les femmes touchées par le cancer du sein. L'idée : accepter son corps, s'accepter, et faire du tatouage un élément thérapeutique. "L'équipe vient du milieu médical et du milieu artistique. On constatait qu'à l'échelle auvergnate, il n'y avait rien de proposé pour le tatouage artistique sur cicatrice. Une équipe a donc été formée avec des tatoueuses engagées, bénévoles, formées au tatouage sur cicatrice", explique Nigz, l'une des six tatoueuses en question.

Cette jeune femme, tatoueuse depuis cinq ans, spécialisée dans les dessins de roses, qui tient un salon à Clermont-Ferrand, était déjà engagée. Ses tatouages, elles les revendique vegan, c'est-à-dire, sans composants d'origine animale. Mais l'association lui a offert un vrai tournant dans sa jeune carrière. "J'ai eu un moment donné où je devais mettre du sens dans ce que je faisais. C'est là que j'ai commencé à tatouer pour des associations caritatives", confie-t-elle. Elle y a trouvé une "belle aventure humaine, avec des femmes qui ont toutes une envie différente dans la manière de gérer leur processus de guérison."

Celle qui estime avoir "une trentaine de tatouages" reconnaît que s'accepter, accepter son corps, est compliqué, surtout, forcément, quand on est touché par un cancer du sein. Mais pour autant, elle veut porter un message : "Se laisser inspirer par la différence, et pas par ce qu'on veut nous faire croire ce qu'est la beauté. Je trouve ça extra de s'approprier son corps à sa façon. Plus je suis tatouée, plus je m'accepte", affirme-t-elle.

Les Volcaniques d'Auvergne seront actifs pendant "Octobre rose", avec l'opération "Rose Tattoo". Nigz tatouera gratuitement des femmes touchées par le cancer du sein. Ce sera le 9 octobre prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu