Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Mon fils s'est caché le visage" : la difficulté du coming out d'un père envers ses enfants

-
Par , , France Bleu

Devoir annoncer son homosexualité est une épreuve qui peut intervenir à tout âge. Un père de famille raconte comment il a été amené à faire son coming out à 34 ans, alors qu'il était marié avec une femme et père de trois enfants.

Dans l'émission "C'est déjà demain", Églantine Éméyé interroge des personnes concernées par le coming out. Annoncer son homosexualité est souvent une épreuve difficile en raison de l'homophobie dont est imprégnée la société. Alors que les hétérosexuels ne sont jamais amenés à justifier de leur orientation sexuelle, les minorités sexuelles sont confrontées à un "coming out", une sortie du placard, si elles veulent vivre leur identité au grand jour. 

À 34 ans, j'ai un peu craqué et il fallait que je remette les choses dans l'ordre.

Il n'y a pas d'âge pour faire son coming out. Si certains ressentent le besoin de le faire jeunes, d'autres, comme Guillaume, y sont confrontés bien plus tardivement. Cet auditeur de France Bleu retrace l'acceptation et l'annonce de son homosexualité à l'âge de 34 ans. Il était alors marié avec une femme et père de 3 enfants. 

Accepter son orientation sexuelle

L'homme témoigne de la difficulté d'assumer l'homosexualité dans notre société : "Je ne l'acceptais pas, je n'en voulais pas et donc j'ai remis le couvercle sur la casserole". Il compare le rejet de son homosexualité à l'image d'un déni de grossesse

J'ai fait un peu comme un déni de grossesse : je ne voulais pas voir et je ne l'ai pas vu.

La situation "devenue insupportable", Guillaume a pris la décision d'en parler à sa famille après avoir lui-même "digéré tout cela".
"J'avais la chance d'être entouré par une famille super", confie le papa. D'un commun accord, le couple ne s'est pas séparé afin de "privilégier et protéger les enfants". Lui et sa compagne ont "expliqué aux enfants que papa et maman restaient amis, mais ne s'aimaient plus d'amour".

Je crois que le corps et la tête ont besoin d'être alignés pour fonctionner correctement. 

Faire son coming out auprès de ses propres enfants

Le père de famille a annoncé deux ans plus tard à ses trois enfants qu'il est homosexuel : "Lors d'une balade dans les jardins du château de Versailles, je leur ai dit que, si un jour, papa retombe amoureux de quelqu'un, ce serait un garçon". Il ne s'imaginait alors pas la réaction de son fils aîné de 12 ans : se cacher le visage entre les genoux.

J'ai cette image gravée de mon fils aîné, qui a eu une réaction totalement instinctive et qui s'est caché la tête entre les genoux.

Jugeant la situation "compliquée", Guillaume n'a pas réabordé le sujet jusqu'à ce que son fils vienne lui en parler naturellement, de lui-même. Aujourd'hui, ses enfants "ont développé une véritable ouverture et un respect de la différence". Selon lui, "ils n'ont pas souffert, au-delà d'une séparation relativement lambda en bonne intelligence". 

Découvrez d'autres témoignages sur les épreuves et enjeux du coming out pour les personnes LGBTQIA+ en réécoutant l'intégralité de l'émission "Faire son coming out : bien le faire et mieux l'accepter" juste ici. Vous y découvrez le témoignage d'Anthony Debard, porte-parole de l’association Contact Paris Île-de-France ainsi que d'une mère, qui parle du coming out de sa fille. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess