Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vigipirate : les CRS dénoncent des cadences infernales

jeudi 2 avril 2015 à 10:47 France Bleu Champagne-Ardenne

Depuis les attentats à Charlie Hebdo et le renforcement du plan Vigipirate, les forces de l'ordre sont en alerte maximale. Mais selon un responsable syndical au sein des CRS de Reims, la situation des fonctionnaires, soumis à un rythme de travail effréné, devient critique.

Les CRS fortement mobilisés depuis le renforcement du plan Vigipirate
Les CRS fortement mobilisés depuis le renforcement du plan Vigipirate © Maxppp

Malaise au sein des CRS chargés d'assurer le plan Vigipirate : stress, fatigue, sous effectifs... Le moral des fonctionnaires de police serait au plus bas, depuis les attentats de Paris en janvier, et le renforcement du plan Vigipirate. C'est le message qu'ont délivré les représentants du syndicat UNSA Police , reçus mardi Place Beauvau, pour demander des mesures à leur hiérarchie.

« Il y a 61 compagnies de CRS en France , explique Cédric Colsenet, délégué local au sein de ce syndicat à la CRS 33 de Reims , et aujourd’hui elles sont toutes sur le terrain Vigipirate, c’est du jamais vu ! » .

Pour la compagnie rémoise, il s’agit d’assurer la sécurité des lieux de cultes, des organes de presse ou encore de certaines hautes personnalités, principalement en région parisienne et dans les Alpes-Maritimes, autour de Nice. « C’est beaucoup plus de stress, énormément d’heures sur le terrain, 10 voire 11 jours de travail non stop »

Le syndicat réclame donc une revalorisation de « l’indemnité journalière d’absence temporaire » mais aussi un moyen pour soulager le rythme de travail des CRS mobilisés.

Invité CRS FB Champagne Ardenne